Ce 18 mars 2020 a eu lieu la troisième édition de la Journée Mondiale du Recyclage organisée par le BIR (Bureau of International Recycling). Cette journée est dédiée à la célébration du recyclage dans le monde tout en sensibilisant sur son importance dans la lutte contre le changement climatique. Existant depuis 1994 aux Etats-Unis, elle fut reprise en 2018 sur initiative du BIR. Elle a désormais un rayonnement mondial aux vues des enjeux majeurs du recyclage. En effet, recycler fait partie de la démarche écologique de sauvegarde de l’environnement et est, de fait, devenu une nécessité.

Le recyclage du plastique est notamment essentiel. Présent sous forme de bouteilles, d’emballages, de bouchons, il est omniprésent dans notre quotidien et présente un enjeu conséquent. Actuellement en Europe, à peine un tiers des déchets plastiques est recyclé. En France, ce chiffre s’élève à seulement 22%1. L’immense majorité de ces déchets s’accumule dans les sites d’enfouissement ou se répand dans la nature.

Néanmoins, la technicité et la variété des plastiques rend difficile son recyclage. En effet, il en existe des milliers de sortes, regroupées en une trentaine de catégories. L’identification de tous ces plastiques, et donc l’optimisation de leur recyclage, est impossible à l’œil nu d’où le besoin de recourir à des méthodes avancées.

Par des outils de Machine Learning et de spectroscopie vibrationnelle, GreenTropism rend possible l’identification du plastique de façon simple, fiable et rapide.

Sollicité sur plusieurs problématiques autour de ces sujets (tri à la source, centre de tri, reconnaissance des polymères,…) GreenTropism a conçu des outils d’identification des résines plastiques en temps réel. Ce sont aujourd’hui plusieurs centaines d’échantillons analysés par les solutions de GreenTropism (sur appareils de laboratoires, de process, ou spectromètres miniaturisés) qui ont pu être correctement recyclés et valorisés.

GreenTropism continue d’apporter aujourd’hui son expertise en Intelligence Artificielle et en Chimiométrie sur des méthodes de spectroscopie et d’imagerie, dont la spectroscopie proche infrarouge (Near Infrared) et l’imagerie hyperspectrale, afin de fournir une identification en temps réel des plastiques dans de multiples conditions de déploiement.


Figure : Polymères analysés sur Antaris II (Thermo-Fisher) : HDPE ; LDPE ; PPH ; PET ; PVC

  1. Sources :

https://www.nationalgeographic.fr/environnement/91-des-dechets-plastiques-ne-sont-pas-recycles
https://www.consoglobe.com/recycler-plastique-enjeu-ue-cg
https://advances.sciencemag.org/content/3/7/e1700782